Un peu d'histoire

Romainmôtier dans notrehistoire.ch

Au début du Ve siècle, un jeune homme d’Izernore, près de Nantua dans l’Ain, s’en vint frapper à la porte du couvent d’Ainay à Lyon. Il s’appelait Romain.

Romainmôtier dans notrehistoire.ch

L’histoire de Romainmôtier telle qu’elle figure sur le site notrehistoire.ch, racontée par Claude Kissling.

Au début du Ve siècle, un jeune homme d’Izernore, près de Nantua dans l’Ain, s’en vint frapper à la porte du couvent d’Ainay à Lyon. Il s’appelait Romain. Sa vocation lui apparut alors: il allait consacrer sa vie à Dieu. Il se fit ermite dans un vallon sauvage du Jura, à Condat (aujourd’hui Saint-Claude). Bientôt son frère Lupicin le rejoignit. Une petite communauté se rassembla autour d’eux, vers les années 430; le nombre augmentant, elle essaima bientôt sur les bords du Nozon. Le nouveau monastère prit le nom de son fondateur: Romainmôtier, le monastère (ou moutier) de Romain. A quelle époque? Avant la mort de Saint Romain en 467, soit aux environs de 450.

Les moines auraient pu se fixer à quelques kilomètres de là: le site des Clées, dans les gorges de l’Orbe, offrait un lieu aussi sauvage que Condat. Ou bien ils auraient pu s’installer un peu au-dessus, à un ou deux kilomètres seulement, là où se trouvent actuellement les villages de Juriens et de Premier: ils y auraient joui d’un paysage grandiose, tout le plateau suisse, les Alpes, le lac Léman et celui de Neuchâtel… Ils ont préféré cet humble vallon, sur les premiers contreforts du Jura, où tout incite au recueillement et à la prière. Il faut ajouter que deux routes passaient à proximité, l’une menant de Genève à August (Augusta Raurica près de Bâle), longeant le pied du Jura, l’autre remontant de Rome vers la France par le Grand-Saint-Bernard, Lausanne et Orbe (Urba), petite ville romaine à huit kilomètres de Romainmôtier.

Prière, défrichage des forêts, hospitalité, voilà comment les moines servaient le Seigneur. Un petit oratoire, quelques bâtiments se dressent bientôt. Mais tout est détruit probablement vers 610 par les Alamans.

En 630, grâce à la générosité d’un seigneur bourguignon, Félix Chramnléne, a lieu une seconde fondation par des disciples de saint Colomban. Saint Wandrille y passa dix ans, de 636 à 646, avant d’aller fonder l’abbaye de Frontenelle en Normandie. On construisit alors la deuxième église. L’abbé s’appelait Gudinus; nous retrouverons son nom gravé sur l’ambon.

Au huitième siècle, les moines adoptent la règle de saint Benoît. En décembre 753, le pape Etienne II, qui se rendait en France pour sacrer Pépin le Bref, roi des Francs, procède à la consécration de l’église, dont le chœur avait été construit. Le pape dédie l’église aux apôtres Pierre et Paul et décide que Romainmôtier ne sera plus Romani monasterium, le monastère de Romain, mais Romanum monasterium, un monastère qui dépend directement de Rome.

Le neuvième siècle vit Romainmôtier tomber entre les mains de Rodolphe Ier, roi de Bourgogne transjurane, qui le cède en 888 à sa sœur Adélaïde. Celle-ci le donne aux moines de Cluny. L’acte de donation, daté du 14 juin 928, se trouve aux archives de l’Etat de Fribourg.

La troisième église est l’église actuelle. Elle fut construite entre 996 et 1028. Au douzième siècle Cluny comptait près de 2000 couvents en Europe. Romainmôtier fut le septième monastère à entrer dans l’Ordre de Cluny et trois grands abbés clunisiens, saint Mayeul, saint Odilon et saint Hugues, assurent personnellement la direction du petit prieuré. Saint Odilon y séjourna même plusieurs mois. Puis cinquante-trois prieurs se succédèrent jusqu’à la Réforme. Trois grands noms se détachent: Henri de Sévery (1371-1379), Jean de Seyssel (1380-1432), Jean de Juys (1433-1447). Romainmôtier tombe ensuite entre les mains de la Maison de Savoie et c’est la décadence avec les prieurs commendataires, parmi lesquels on relève Amédée VIII qui devint l’antipape Félix V. Théodule de Riddes, le dernier prieur, est résidant.

Le 22 mars 1536, les envahisseurs bernois qui imposent la Réforme au pays, occupent Romainmôtier. Le 24 décembre 1536 ordre est donné de supprimer le culte catholique. Le 3 janvier 1537 Théodule de Riddes meurt et la vie monastique cesse à Romainmôtier. Autels et statues sont décrochés, l’église paroissiale détruite. L’église conventuelle est badigeonnée à la chaux et devient église paroissiale. Le narthex inférieur est transformé en cave et le narthex supérieur en grenier à blé.

Entre 1899 et 1914 a eu lieu la restauration de l’église : fouilles du sol pour retrouver les fondations des églises précédentes, décapage de la chaux qui recouvrait les murs, remise en place du mobilier… En 1952 on fêta solennellement le 1500e anniversaire de la fondation de Romainmôtier.

Le 15 octobre 1972, ce fut la dédicace du grand orgue à quatre claviers manuels, conçu par frère Jean-Luc de Taizé, et construit par la manufacture d’orgues Neidhardt et Lhôte, à Neuchâtel.

Romainmôtier n’est pas un musée, mais quinze siècles de cultes divins ininterrompus en ont fait un haut lieu de la prière.

Devenu en 1536 paroisse de l’église réformée vaudoise, il rassemble aujourd’hui dans son sanctuaire les habitants de cinq communes. Depuis bien des années on prie ici pour l’unité des chrétiens et on œuvre pour le renouveau liturgique.

Avec l’accord de l’évêque et les autorités de l’église réformée vaudoise, une petite fraternité œcuménique s’est établie à Romainmôtier depuis le printemps 1973. Formée de diaconesses de Saint-Loup et de religieuses appartenant à la congrégation des Sacrés Cœurs, cette fraternité prie trois fois par jour dans l’église et assure l’accueil des nombreux visiteurs attirés par la qualité exceptionnelle de l’abbatiale.

Source

Jumelage avec Nagaoka

Pierre Aubert, artiste établi à Romainmôtier, utilisait pour ses gravures du papier japon. Oguni, petite ville japonaise, était un centre de production de ce papier.

visite officielle de Pascal Lugon au Japon en 2006

Jumelage avec Nagaoka

Pierre Aubert, artiste établi à Romainmôtier, utilisait pour ses gravures du papier japon. Oguni, petite ville japonaise, était un centre de production de ce papier: c’est ainsi que furent établis les premiers liens unissant les deux cités.

En 1986, un acte de jumelage officiel est signé par les deux villes. Deux ans plus tard, Gilberte Aubert, veuve de l’artiste, se rend à Oguni. Dans les années qui suivent, divers contacts ont lieu entre le vallon du Nozon et le Japon.

En 2005, Oguni fusionne avec Nagaoka City. En 2006, le jumelage est renouvelé avec cette dernière ville. Pascal Lugon, alors syndic de Romainmôtier-Envy, est convié en visite officielle au Japon.

Les photos ont été prises à l’occasion de cette visite, hormis une image ayant été prise lors d’une discussion avec nos amis de Nagaoka par zoom le mercredi matin 10.11.2021 ; 17h30 heure local japonaise.

Romainmôtier en 7 tableaux

Michel Gaudard, ancien syndic de Romainmôtier-Envy, vous propose un parcours illustré à travers vingt siècles d’histoire de notre bourg.

Pour que le voyage soit plus facile, il a été découpé en 7 périodes, comme autant de tableaux temporels.

Romainmôtier en 7 tableaux

Michel Gaudard, ancien syndic de Romainmôtier-Envy, vous propose un parcours illustré à travers vingt siècles d’histoire de notre bourg.

Pour que le voyage soit plus facile, il a été découpé en 7 périodes, comme autant de tableaux temporels.

Tableau 1 : du IIIe siècle au VIe siècle
L’archéologie et l’histoire peaufinent la saga de Romainmôtier
Le monachisme des Pères du Jura
Le premier royaume de Bourgogne

Tableau 2 : du VIIe siècle au IXe siècle
La deuxième fondation religieuse
Saint Wandrille à Romainmôtier
Le passage du pape Etienne II à Romainmôtier
L’ambon de Romainmôtier

Tableau 3 : du IXe siècle au XIIe siècle
Le deuxième royaume de Bourgogne, la Bourgogne transjurane
La princesse Adélaïde et l’impératrice Adélaïde favorisent l’éclosion de Cluny en Suisse occidentale
Le voyage du pape Léon IX à Romainmôtier

Tableau 4 : du XIIIe siècle au XVe siècle
Du style roman au style gothique, ou quand deux incendies successifs ravagent le monastère
Les grands prieurs modernisent le monastère

Tableau 5 : du XVe siècle au XVIe siècle
Romainmôtier sous le régime du duché de Savoie
Un grand mariage à Romainmôtier

Tableau 6 : du XVIe siècle au XVIIIe siècle
Du prieuré clunisien au temple protestant
Romainmôtier chef-lieu d’un grand bailliage bernois
Pierre-Maurice Glayre, un des promoteurs de l’indépendance vaudoise

Tableau 7 : du XIXe siècle au XXIe siècle
Deux grandes restaurations
Romainmôtier, haut-lieu de l’œcuménisme romand
Les orgues de Romainmôtier
Romainmôtier, site clunisien

Vous trouverez ici l’excellent document proposé par Michel Gaudard qui regroupe l’entier des tableaux susmentionnés.

Nous vous souhaitons une agréable découverte!

A voir aussi : Petit abrégé de l’histoire de Romainmôtier, Echelle du Temps sur viacluny.ch.

Sources :

  • Romainmôtier, Histoire de l’abbaye
    Jean-Daniel Morerod – BIBLIOTHÈQUE HISTORIQUE VAUDOISE No 120
  • L’abbatiale de Romainmôtier
    Philippe Jaton – Guides de monuments suisses, SHAS
  • Romainmôtier restaurée
    Brigitte Pradervand, Nicolas Schätti – Cahiers Archéologie Romande, Société d’Histoire de la Suisse Romande
  • Le couvent de Romainmôtier du début de l’époque clunisienne à la fin du XIIe siècle 
    Alexandre Pahud – Société d’Histoire de la Suisse Romande
  • Romainmôtier : mille ans de monachisme
    Peter Eggenberger – Cahier d’archéologie romande 183, Société d’Histoire de la Suisse Romande
  • Les restitutions et images virtuelles sont tirées du film «Romainmôtier, rétrospective(s)»

L’Abbatiale au passé (re)composé

Histoire de Romainmôtier par Michel Gaudard.

L’Abbatiale au passé (re)composé

Histoire de Romainmôtier par Michel Gaudard.

Télécharger le pdf

Romainmôtier images d’un temps passé

Quelques photos d’archives récoltées par Monsieur Michel Gaudard

Romainmôtier images d’un temps passé

Photos d’archives récoltées par Monsieur Michel Gaudard

Iconographie